Le Wakeypédia

Le blog

Accueil / Décryptage / Décryptage des étiquettes cosmétiques Part #3

Accueil / Décryptage / Décryptage des étiquettes cosmétiques Part #3

Décryptage des étiquettes cosmétiques Part #3

12 Avr 2019 | Décryptage | 0 commentaires

 

Et un petit dernier pour la route ! Aujourd’hui, on laisse de côte les applications, pour apprendre les bases de la description d’étiquettes de nos produits cosmétiques.

Comme expliqué dans le précédent article (ici), les applications sont une première étape pour apprendre à consommer des produits de qualité, mais on n’est jamais mieux servi que par soi-même non ?

 

 

Le B.A-BA pour lire une étiquette cosmétique

 

 

Ce n’est pas que l’on ne veut pas savoir la composition de nos produits, c’est qu’on ne sait pas lire une étiquette ! Rien de honteux, les grandes marques le savent très bien et il y a un petit côte marketing à cela. Sachez tout d’abord que les ingrédients sont classés du plus fortement concentré au moins présent dans le produit. La priorité, c’est donc de déchiffrer les premières lignes de nos produits. Les 5/6 premiers composants représentent 95% du produit. Attention, toujours dans une démarche de « tromper » le consommateur les ingrédients en dessous des 1% sont classés dans l’ordre souhaité par les marques… je vous laisse imaginer que les ingrédients plus naturels seront mis en avant comparé aux dangereux.

Autre petite chose à savoir, les composants de synthèse ou chimiques sont écrits en anglais alors que les composants naturels sont inscrits en latin, de quoi cerner rapidement la composition globale du produit.

 

 

wakey-application-composition-cosmétique

 

 

Les trucs et astuces pour cerner les composants à éviter

 

 

Plutôt que de vous faire une liste interminable des composants à bannir/éviter, il est plus intéressant de faire ça par catégorie : santé et environnement. Quel que soit l’ingrédient, il faut garder en tête que ce qui n’est pas bon pour la planète ne l’est souvent pas pour notre corps et inversement !

 

– Santé –

 

– Les Polymères, plus connu sous les noms de PEG ou les PPG sont des tensio-actifs dérivés du pétrole non-biodégradable. Le processus chimique pour leur fabrication est l’un des plus polluants en cosmétique. Les PPG dérivent de l’huile et sont utilisés notamment pour entretenir les freins et fabriquer des antigels industriels (rien que ça). Ces composants sont réputés pour être cancérigènes et sont particulièrement irritants et toxiques. Pour les trouver on cherche les « polyéthyléneglycol » ou « propylène ».  

– Les parabènes (qu’on retrouve souvent écrit paraben), ennemi numéro un dans l’inconscient collectif… Perturbateur endocrinien, il est présent dans de nombreux produits sous différentes formes. Il délivre une hormone de synthèse qui accélère le vieillissement de la peau et favoriserait l’apparition de cancers. Comment les repérer ? On fait attention aux ingrédients comportant la mention « paraben » (exemples : « PARAhydroxyBENzoate », « butylparaben », « propylparaben », etc.). Attention toutefois aux produits dits « sans parabens » : la plupart du temps (dans les cosmétiques conventionnels), ils sont remplacés par d’autres conservateurs de synthèse tout aussi nocifs, principalement le méthylisothiazolinone, un biocide allergisant qui peut être responsable de fortes irritations cutanées, voire de l’eczéma de contact. Pas mieux donc… Seuls conservateurs naturels : l’alcool (faiblement dosé et de bonne qualité) ou idéalement la Vitamine E !

– Il faut redoubler de vigilance face aux sels d’aluminium, connus pour être un composant phare des anti-transpirants. Dans la plupart des produits conventionnels, ce sont des sels d’aluminium synthétiques que l’on trouve (comme le Chlorohydrate d’Aluminium), composants neurotoxiques qui seraient liés à plusieurs maladies osseuses, hématologiques et cardiaques. Le seul sel d’aluminium naturel est celui de la pierre d’alun (Potassium Alum), plus respectueux pour la santé. Cependant, synthétiques ou naturels, les sels d’aluminium bloquent le processus naturel de la peau en bouchant les pores. Vous trouverez ici et des alternatives respectueuses de votre corps et de l’environnement.

– Gare aux silicones, ce n’est pas un principe actif, il n’apportera rien de plus à vos soins. Le silicone bouche les pores et ne laisse le cheveu doux qu’en surface. Chez Wakey on vous conseille plutôt ça et ça pour avoir une crinière de reine sans les abîmer. C’est un véritable poison pour la planète autant dans sa production que dans sa dégradation. Présent principalement dans les produits pour cheveux, il rejoint nos canalisations et océans en mettant plusieurs centaines d’années à se dégrader. Les silicones ne sont jamais mentionnées ainsi sur les étiquettes. Pour les reconnaître, on traque les mots en –cone, -one ou –xane. 

 

– Environnement –

 

– Attention aux composant issue de la pétrochimie. Ces ingrédients sont des huiles minérales, qui ne sont rien de plus que des composants issus du pétrole et qui n’apporte RIEN de plus à vos soins. L’impact écologique de ces composants est une catastrophe. Que ce soit dans leur mode de raffinement, mais aussi une fois libérés dans la nature. Pour en savoir plus sur les huiles minérales il y a un article complet à retrouver ici expliqué en détail. On repose un produit contenant le mot vaseline, paraffine ou cera microcristallina qui ne sont ni plus ni moins que des résidus solides du pétrole.

– Les filtres chimiques, présents dans nos crèmes solaires représentent un désastre écologique. Des milliers de résidus de crème se déposent sur les récifs coralliens détruisant peu à peu la faune et la flore des océans. On cherche à éviter les « benzophéone », « Avobenzone » ou encore « Oxybenzone ». 

– Les microbilles de plastiques, petites sphères en plastique qu’on retrouve dans un nombre incalculable de produits du quotidien (gommage, gel douche, dentifrice etc…). Après le rinçage, elles se répandent dans l’environnement et passent à travers les stations d’épuration. Elles polluent gravement les milieux marins. Certains animaux marins les confondent avec de la nourriture ! On les retrouve dans les cotons tiges également, véritable fléau des océans. Pour éviter de participer à cela on adopte les oriculis d’urgence !

 

wakey-decryptage-cosmetiques

 

Vous avez entre vos mains les outils nécessaires pour lire et comprendre la liste des ingrédients de vos produits. Privilégiez des formulations minimalistes pour apprendre à votre peau à se contenter d’uniquement des actifs dont elle a besoin. En vous penchant sur certains de vos produits vous risquez d’avoir des drôles de surprises… Si vous souhaitez plus d’information sur le sujet la Wakey-cheffe vous recommande de lire «  La vérité sur les cosmétiques » ou de fouiner le site « L’observatoire des cosmétiques » pour devenir un as du décryptage des étiquettes cosmétiques !

Consulter d’autres articles :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

tempus nunc id pulvinar felis Curabitur suscipit dictum lectus nec