Le Wakeypédia

Le blog

Accueil / Décryptage / La pratique du greenwashing

Accueil / Décryptage / La pratique du greenwashing

La pratique du greenwashing

4 Mai 2019 | Décryptage | 0 commentaires

 

Le mot « greenwashing » vous paraît familier mais vous n’arrivez pas à vous souvenir dans quel contexte vous l’avez entendu ? Vous souhaitez repérer les groupes qui utilisent ce type de pratiques ? Lançons-nous dans le décryptage du greenwashing.

 

Qu’est-ce que le greenwashing ?

 

Apparu dans les années 90 à travers des ONG, le terme « greenwashing » se traduit en français par « écoblanchiment » et met en lumière des pratiques douteuses des grands groupes industriels. Le greenwashing est un procédé utilisé par les entreprises qui consiste à orienter leurs actions marketing et communication vers un positionnement plus éthique. Elles vont ainsi mettre en avant des arguments écologiques pour se forger une image éco-responsable. Pas d’inconvénient jusqu’ici non ? Le hic, c’est que le message dégagé ne correspond pas exactement à la réalité des faits… Ces entreprises cherchent à « blanchir » leur image en affichant des produits comme étant naturels (ou éthiques, ou écologiques), alors qu’ils ne correspondent pas totalement à cette définition.

 

Le greenwashing génère une confusion qui porte préjudice aux structures réellement engagées dans des démarches responsables. Considéré comme de la publicité abusive ou mensongère, il est combattu en France par l’ARPP (autorité de régulation professionnelle de la publicité) et l’ADEME (agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). Et c’est un sacré combat !

 

 

Comment repérer les marques qui nous mentent ?

 

 

Il y a des signes qui ne trompent pas et qui permettent de repérer les marques qui pratiquent le greenwashing.

Sans c’est toujours bien – Avec c’est toujours mieux ?

Très souvent, les marques mettent en avant la mention « SANS (sans paraben, sans talc, sans conservateurs, sans additifs, etc…) » la liste est trèèès longue. Ce n’est pas un mensonge, mais ne sont-ils pas remplacés par des composants plus nocifs, ce qui est souvent le cas pour les parabens ? Et le reste de la composition, est-il naturel ?
À l’inverse, il arrive que sur le packaging d’un produit, un composant soit particulièrement mis en avant. Cependant, lorsque l’on parcourt la liste des ingrédients, on le retrouve souvent dans les derniers, bien après tous les composants nocifs présents en grandes quantités…

Un packaging passé au crible

Modifier le packaging est le changement préféré des adeptes du greenwashing ! Le bleu et le vert sont les couleurs phares qu’utilisent les grands groupes pour nous faire croire à des produits naturels (exemple flagrant hors cosmétique : Mac Donald’s qui passe du rouge au vert. Vraiment ??). Le nom choisi pour les gammes « green » peut également avoir une consonnance naturelle et écologique. Ajoutez à cela un faux label, du type une feuille verte avec indiqué « éco » dessus et vous avez la recette parfaite du remaniement des packagings pour nous laver le cerveau ! (Heureusement on n’est pas dupe héhé.)

En faire un peu mais beaucoup s’en vanter

A l’ère du greenwashing, les marques ont tendance à développer une gamme de leur produit (plus ou moins responsable) et par la suite défendre leur image juste à travers cette gamme précise. Cela reprend également le premier point : les groupes vont insister sur ces produits-là, tout en restant vague sur la composition et en mettant en valeur quelques arguments responsables sans être totalement transparent.

Bien interpréter la mention « d’origine naturelle »

Cette mention est à prendre en considération de plusieurs manières. Tout d’abord des marques vont adorer placer cette appellation sur leurs produits, mais est-ce 100% d’origine naturelle ? Très rarement. Ensuite, il est plus rare de trouver des ingrédients naturels bruts, ils sont très souvent transformés. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose, mais il y a tout de même une perte d’actif dans le produit.
Enfin, méfiance avec le mot « naturel » pour certains produits. Par exemple, un pinceau de maquillage naturel va être fait avec des poils d’origine animale (donc non merci on n’en veut pas de ce naturel-là) ou encore certains produits naturels contiennent des ingrédients controversés (la pierre d’alun par exemple qui contient des sels d’aluminiums).

Le manque d’information

Prétendre faire des actions en faveur de l’environnement et/ou de la santé est une chose, le prouver en est une autre. Le manque de transparence est un fléau de l’industrie actuelle. Par exemple, la mention « Formulé et testé sous contrôle dermatologique » est aussi vague qu’hasardeuse, les tests étant réalisés par l’industriel et non par des laboratoires indépendants. Un autre exemple type également, la mention « bio ». On va pouvoir lire sur un produit « à l’huile de karaté bio » mais cela ne signifie pas que l’ensemble du produit l’est (il y a le label présent si c’est le cas) mais uniquement cet ingrédient. Pour plus d’informations sur les cosmétiques bio, lisez notre article dédié ! 

 

 

wakey-wakeypedia-definition-greewashing-produit-ecoblanchiment

 

 

Le greenwashing est partout

 

 

Tous les secteurs d’activités sont concernés par le greenwashing. Le secteur énergétique, à travers les grands acteurs mondiaux de l’énergie, communiquent sur leur politique « d’énergies propre » en matière de développement des énergies renouvelables, alors que la réalité des faits met en évidence des stratégies (y compris au niveau de la recherche et des investissements) massivement en faveur des énergies fossiles et du nucléaire. Pratiquement tous les constructeurs automobiles vantent les prouesses écologiques de leurs modèles électriques, hybrides ou particulièrement économes en carburant et performants en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Ils en « oublient » de signaler l’origine (rarement verte) de l’électricité qui recharge les batteries, et les différents scandales des tricheries aux tests de pollution et autres chiffres améliorés.

 

 

Le but de cet article n’est pas de pointer du doigt telle ou telle marque et d’en faire son procès. Vous avez entre vos mains les outils nécessaires pour repérer les petits menteurs… Il est évident que toutes les marques ne pratiquent pas le greenwashing, il faut prendre le temps de vérifier les informations ! Sinon vous pouvez aussi venir chez Wakey, il y aura tout ce dont vous avez besoin sans vous faire de soucis !

Consulter d’autres articles :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

adipiscing vulputate, dictum id, ipsum dolor. sit